Auguste Fleurot  (1826-1898)






Planche de Gérard Jacques, page 75 Photo Dominique Lemaire

                        


Extrait du catalogue du Musée Instrumental du Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles, établi par Victor-Charles Mahillon (1841-1924). L'instrument décrit provenait de la collection d'Auguste Tolbecque (1830-1919). L'accord est donné, ainsi que la matière des cordes ! D'origine ou montage de Tolbecque ?



Les épinettes d'Auguste Fleurot sont présentes dans la plupart des grands musées instrumentaux de par le monde.
À Paris : réf. :  E.447.

Au musée Horniman de Londres : réf. : 28.4.56/223 ou 210.1882 http://epinettes.fr/free/musees.php#grande__bretagne

Au MIM de Bruxelles.

In der Museum der Universität, Leipzig.

Au musée de l'Hospice Contesse, 32 rue de La Monnaie à 59800 Lille, provenant de la collection de Joseph Hel (1842-1902) et de son fils Pierre (1894-1937).

Le fer de forme ovale qui servait à marquer ses instruments précédemment au Musée des Arts et Traditions Populaires, est depuis 2013 à Marseille, au Musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerrannée.
Auguste Fleurot travaillait à Bouchâtel, à peine à plus d'un km de la Feuillée Dorothée, à vol-d'oiseau.

Page rédigée par Christophe Toussaint